fr de en
communiqués ASA
La parole au candidat-e-s
21 septembre 2015

Artzakank publie un muméro spécial Élections fédérales et donne la parole à quelques candidat-e-s au Conseil National et au Conseil des Etats.

Par ce supplément, le Groupe parlementaire Suisse-Arménie offre une plate-forme à des candidats choisis (FR, GE, VD  et NE) qui ont déjà manifesté par leur engagement,  dans le passé comme à présent, un intérêt pour la  question arménienne et les rapports bilatéraux entre  la Suisse et l’Arménie, ou qui sont intéressés à le  faire dans le futur.

Des membres importants du Groupe, dont deux des  trois coprésidents, à savoir le Conseiller national Ueli  Leuenberger (Les Verts, GE) et le Conseiller aux  Etats Hans Altherr (PLR, AR) ne se représenteront  pas pour la prochaine législature. À eux vont notre  profonde gratitude et tous nos remerciements pour le  travail de longue haleine qu’ils ont assuré au sein des  Chambres fédérales pour l’amélioration des relations  bilatérales entre la Suisse et l’Arménie et les dossiers  fondamentaux, tels que la reconnaissance politique  du génocide des Arméniens par la Suisse.

Les trois  voyages en Arménie (en 2008, 2012 et notamment  en 2015, pour le centenaire du génocide, avec la  prononciation d'une déclaration solennelle lors du  Forum "Contre le crime de génocide", annexée à ce  supplément) et au Karabagh (2012) ainsi que la  constitution d’une délégation internationale auprès de  l’UNESCO à Paris pour protester contre la  destruction des khatchkars de Djougha par l’armée  azerbaidjanaise resteront les points forts de l’activité  de notre Groupe. Les membres du Groupe ont œuvré  énormément en faveur de la question arménienne et  des principes démocratiques.

Sarkis Shahinian a donc posé les questions suivantes aux candidat-e-s:

(a) Cette année représente, non seulement pour les Arméniens, le centenaire d’un génocide qui a été pris en exemple par d’autres régimes totalitaires au cours du XX siècle. Pensez-vous que le Conseil fédéral (CF) ferait une bonne chose de le reconnaître et si oui, pourquoi?

(b) Dans l’affaire du mémorial "Les Réverbères de la Mémoire" et dans celui des propos négationnistes du Ministre Egemen Bagis (WEF 2012), le DFAE a cédé aux pressions de la diplomatie turque. Est-ce que ces comportements étaient les seuls possibles?

(c) Quel est votre attitude par rapport à l’application de la norme antiraciste en Suisse, notamment au vu du regain du négationnisme du génocide des Arméniens et dans la perspective du verdict définitif de la Grande Chambre de la CEDH dans l’affaire Perinçek?

(d) Quel est votre point de vue sur les relations actuelles entre la Suisse et l’Arménie? Qu’est-ce que vous aimeriez faire concrètement pour que ces relations se développent ultérieurement?

Vous trouverez les réponses des 20 candidats en cliquant ici.