fr de en
revue de presse
Salon du livre de Genève
29 avril 2015

29e Salon du livre de Genève : un éditeur nommé au prix Nobel de la Paix, un célèbre dessinateur de bande dessinée, un géostratège international, des survivants de génocide et bien d’autres encore pour commémorer le centenaire du génocide des Arméniens entre mémoire et revendications.

Stand ARMENIE-HAYASTAN - A110 - du 29 avril au 3 mai 201

Durant tout le Salon du livre de Genève, le stand arménien fera participer des intervenants exceptionnels en cette année de  commémoration du centenaire du génocide des Arméniens.

A travers le livre, les thèmes principaux seront : la mémoire, la revendication et l’avenir de la culture arménienne.


Programme complet:   Programme des conférences

Contacts :
Alain Navarra Navassartian : modérateur principal. alain_navarra@hotmail.com • +41 76 543 07 82
Meda Khachatourian : coordinatrice du stand arménien. meda-k@bluewin.ch • +41 79 303 17 49

Dire au monde que les Arméniens sont debout
25 avril 2015

En ce centenaire du début des massacres commis par les Turcs, les Arméniens de Genève prennent la parole.

«Je ne vais pas travailler aujourd’hui, c’est une journée trop difficile.» Sisvan Nigolian, médecin carougeois, préfère honorer la mémoire de sa famille. Il y a cent ans, jour pour jour, débutait le massacre de 1,5 million d’Arméniens par les Turcs ottomans. La communauté arménienne de Suisse commémore aujourd’hui le centenaire du génocide de 1915, à Berne mais aussi à Genève. Une messe de requiem sera donnée à 13 h 30 à l’église Saint-Hagop de Troinex. La communauté arménienne genevoise, estimée à plus de deux cents personnes, va s’y retrouver.

Sisvan Nigolian organise une action symbolique ce matin place des Nations. «Nous allons rester immobiles durant trente minutes, en silence sans mégaphone. Sur nos habits figureront les noms de nos grands-parents ou de leur village. C’est notre manière de dire au monde que les enfants d’Arménie sont debout. Le déni de la Turquie m’empêche de me libérer de mon passé.»

Sophie Simon- La Tribune de Genève

Une messe du souvenir réunit 200 personnes à Genève
25 avril 2015

De nombreuses personnes ont accroché à leur boutonnière une fleur violette, symbole des 100 ans du génocide.

Environ 200 personnes se sont réunies vendredi en l'Eglise apostolique arménienne Saint Hagop, à Troinex (GE), pour assister à une messe de requiem à la mémoire des victimes du génocide arménien. La cloche a sonné 100 fois pour les 100 ans du tragique événement.

24heures

Vibrant hommage aux victimes de 1915 en Arménie
25 avril 2015

GÉNOCIDE ARMÉNIEN - Le président arménien a remercié les dirigeants présents aux cérémonies à Erevan, dont François Hollande et Vladimir Poutine. La Suisse est représentée par son ambassadeur en Arménie.

Les Arméniens commémoraient vendredi 24 avril le génocide perpétré en 1915 par les Turcs ottomans contre leurs ancêtres au cours d'un hommage solennel. Les délégations de près de 60 pays étaient réunies à Erevan au Mémorial aux victimes du génocide.

Des manifestations ou rassemblements à la mémoire des victimes se sont également déroulés dans plusieurs capitales et grandes villes du monde. Istanbul n'a pas fait exception, puisqu'une centaine de personnes se sont réunies devant l'ancienne prison, où furent détenus les premiers Arméniens arrêtés le 24 avril 1915 lors de l'opération considérée comme le coup d'envoi des massacres.

24heures

Begnins, village refuge de 170 orphelins arméniens
25 avril 2015

COMMÉMORATION - Le foyer du pasteur Antony Krafft-Bonnard a recueilli par dizaines des enfants rescapés du génocide arménien de 1915.

«Leurs noms? perdus. Leur âge? oublié. Leur patrie? inhabitable. Ils ne possèdent plus que deux choses: leur vie et leur titre d’Arménien.» C’est ainsi que le pasteur Antony Krafft-Bonnard a décrit les jeunes orphelins qu’il accueillait, jusqu'en 1936, au Foyer arménien de Begnins. A l’occasion du début des commémorations du génocide arménien, retour sur l’ambitieuse action caritative menée auprès de quelque 170 enfants. «Je revois encore les garçons qui sortaient des bâtiments avec leur tablier», se souvient Yvette Schacher, une ancienne du village.

L’arrivée de ces enfants, précédemment placés à l’orphelinat suisse de Sivas (Anatolie orientale), a dû s’organiser dans l’urgence. Avertis par un fonctionnaire ottoman de l’imminence d’une descente, les responsables du Swiss Home ont opté pour l’exode. «En 1922, mon père était étudiant ingénieur à Genève et son père l’avait envoyé à Marseille pour accueillir les premiers enfants réfugiés, sans papiers, raconte Pierre Krafft, petit-fils du fondateur du foyer. Alors ils ont fait une liste avec les noms et les âges. » C’est avec ce «passeport» improvisé que les jeunes orphelins ont atteint Begnins.

Anetka Mühlemann - 24heures

Un millier de manifestants à Berne réclament la reconnaissance du génocide arménien
25 avril 2015

Berne Manifestation pour les 100 ans du génocide des Arméniens et des Assyro-Chaldéens

Plus d’un millier de manifestants, réunis sur la Münsterplatz à Berne, ont réclamé vendredi soir 24 avril la reconnaissance du génocide arménien par le conseil fédéral.

Une telle reconnaissance officielle est absolument nécessaire tant de la part de la Suisse que de la Turquie, qui persiste dans son attitude négationniste, pour qu’un tel crime contre l’humanité ne puisse plus se reproduire alors que les chrétiens sont à nouveau ciblés en Syrie et en Irak par les terroristes de “Daech”, le soi-disant “Etat islamique”.

Avec force de bannières colorées et de pancartes rappelant le génocide et les massacres de 1915 commis par le régime des “Jeunes Turcs”, aux cris de “Vive la solidarité internationale”, “Plus jamais de génocide”, “Les martyrs ne meurent pas”,les participants se sont rassemblés devant la collégiale, dans la vieille ville de Berne.



Le fait que le Conseil fédéral ne parle que des “tragiques événements en Arménie” est la preuve que l’on se plie devant les menaces économiques brandies par la Turquie. Et de lancer un appel pour que “nous les chrétiens, ayons le courage de nous engager activement, en tant que personnes, organisations et partis, contre la persécution religieuse, celle aussi qui vise les chrétiens et les Arméniens”. JB

Jacques Berset, Apic
Photo: Jacques Berset