fr de en
revue de presse
Communiqué de l'Association Les Réverbères de la mémoire
13 avril 2015

Messe pour le centenaire du génocide des Arméniens : Le Pape reçoit le Réverbère de la Mémoire refusé jusqu'à ce jour par la Suisse et par Genève.

A l'issue de la messe historique pour le centenaire du génocide des Arméniens présidée par le Pape François ce dimanche 12 avril 2015 dans la basilique Saint-Pierre de Rome, le Souverain pontife a reçu des mains de Vahé Gabrache, Président de la Fondation Alliance arménienne, un Réverbère de la mémoire, ce même Réverbère dont Genève et les autorités fédérales ont refusé l'érection dans le parc de l'Ariana.  Il appartient maintenant à Genève de montrer sa fidélité à sa tradition humanitaire et son attachement aux droits humains en autorisant sans délai la construction de ce monument avant la fin du centenaire du Génocide des Arméniens.

Lors de cette messe historique dédiée au centenaire du génocide des Arméniens, le Pape a reconnu le génocide arménien en ces termes : « Au siècle dernier, notre famille humaine a traversé trois tragédies massives et sans précédent. La première, qui est largement considérée comme "le premier génocide du XXe siècle" a frappé votre peuple arménien ».

Malgré les pressions des autorités turques pour la messe n'ait pas lieu, elle a non seulement eu lieu, mais elle a été retransmise en direct en Eurovision et en présence du Président arménien Serge Sarkissian. A la fin de la messe, le Catholicos de tous les Arméniens Karekin II et le Catholicos de Cilicie Aram I ont eu l'opportunité de prendre la parole. C'est également à ce moment que le Pape François a reçu le Réverbère de la mémoire des mains du Président de la Fondation Alliance arménienne, M. Vahé Gabrache.

Vahé Gabrache, Président de la Fondation Alliance arménienne a déclaré à cette occasion : « Le Pape François, en faisant cette messe historique et en recevant ce Réverbère de la mémoire, a fait montre d'un courage et d'un leadership exemplaires. Il revient maintenant aux autorités genevoises de faire montre d'un pareil courage en autorisant enfin et au plus vite la construction de ce monument à Genève».

Stefan Kristensen, coordinateur du projet
photo : Gregorio Borgia/AP

Jusqu’où manquerons nous de courage?
10 avril 2015

Le Grand Conseil de Genève a traité jeudi 20 mars une motion issue du PDC et des Verts, qui demandait au Conseil d‘Etat de ne plus surseoir à l’autorisation de construire du monument «les Réverbères de la Mémoire».

Ce monument, c’est une histoire ancienne, commencée en 2008, c’est un projet du Conseil municipal de la Ville de Genève, c’est le fruit d’un concours international financé par la Ville, à l’issue duquel cette œuvre d’art intitulée «les Réverbères de la Mémoire» a été choisie. Cette œuvre est dédiée aux victimes du génocide arménien et de tous les génocides, dont les génocides des assyriens et des grecs pontiques qui eurent lieu à la même époque, des mêmes mains, et dont le début des massacres sera commémoré cette année pour la centième fois au mois d’avril.



D’une majorité d’une voix, cette demande juste a donc échoué. Alors après que se passera-t-il? Un nouvel endroit sera proposé. De nouvelles oppositions se manifesteront, de nouvelles pressions diplomatiques, de nouvelles tergiversations et …rien. Céderons-nous toujours? C’est en tous cas le message que ces deux histoires racontent. Jusqu’où manquerons nous de courage?

François Lefort – Député vert à Genève
L'article a été publié sur http://politeia.ch

Nouvelle résistance au mémorial du génocide arménien à Genève
11 décembre 2014

RTS INFO - Alain Rebetez

Un courrier du Département fédéral des affaires étrangères recommande au canton de Genève de refuser l'autorisation de construire des Réverbères de la Mémoire à l'Ariana, a appris la RTS mardi.

Nouvel obstacle à la construction d'un mémorial pour le génocide arménien à Genève. Lancé en 2008 pour être réalisé en Vieille-Ville, le projet s'était vu affecter - pour "raison archéologique" - un nouvel espace dans le parc de l'Ariana, près de la place des Nations.

Mais l'emplacement des Réverbères de la Mémoire pourrait être à nouveau revu, a appris la RTS mardi.

Appel au refus d'autorisation

Suite à la rencontre entre les deux conseillers d'Etat genevois François Longchamp et Antonio Hodgers avec Didier Burkhalter il y a deux semaines à Berne, un courrier du président de la Confédération a été adressé lundi à Genève recommandant "que l'autorité cantonale compétente pour statuer refuse d’octroyer l’autorisation de construire à l’emplacement envisagé".

Raison invoquée: "Préserver un environnement impartial et paisible permettant aux Nations unies et aux autres organisations internationales de s’acquitter de leurs fonctions dans les meilleures conditions cadre possibles."

http://www.rts.ch/info/regions/geneve/6369653-nouvelle-resistance-au-memorial-du-genocide-armenien-a-geneve.html

Les Cropettes ou Beaulieu en alternative?
La Ville maintient l'idée d'un mémorial à l'Ariana, a indiqué le porte-parole du Département de la culture et du sport Félicien Mazzola. "Mais si l'autorisation devait être refusée, d'autres lieux seraient envisagés."
Selon la RTS, la Ville de Genève serait déjà à la recherche d'un autre terrain susceptible d'accueillir Les Reverbères de la Mémoire. Le parc Beaulieu ou celui des Cropettes seraient envisagés comme alternatives possibles.

 

Türkei will Gedenkstätte in Genf verhindern
08 mai 2013

Neue Zürcher Zeitung - Markus Häfliger

Tränen aus Stahl erinnern an 1,5 Millionen Tote: Das in Genf geplante Mahnmal "Laternen der Erinnerung"

Die Pläne der Stadt Genf, eine Gedenkstätte für den Genozid an den Armeniern zu errichten, stossen auf harsche Reaktionen. Türkische Kreise haben sogar bei der Uno interveniert.

Die Stadtregierung ist sich bewusst, dass es sich um ein delikates Projekt handelt. Man sei «offen zum Dialog» und werde einen türkischen Diplomaten empfangen, sagt Stadtrat Kanaan. Er wehrt sich jedoch gegen den Vorwurf, das Mahnmal sei ein polemischer Akt gegen die Türkei. Vielmehr will Kanaan es als Beitrag zur Versöhnung verstanden haben: «Man kann die Zukunft nicht auf gesunde Art und Weise gestalten, wenn man die Vergangenheit nicht anerkennt.» Zu möglichem Druck aus Bern äussert Kanaan sich nicht. Gut informierte Personen bestätigen jedoch, dass das EDA seine «Besorgnis» über das Projekt ausgedrückt habe. Denn die Türkei ist ein wichtiger Partner der Schweiz, vor allem wirtschaftlich.

Irrationale Reaktion der Türkei
08 mai 2013

Neue Zürcher Zeitung - Markus Häfliger

(traduction française ci-dessous)

Die Türkei erlebt einen rasanten Wandel. Wirtschaftlich hat sich das einstmals rückständige Land enorm entwickelt, politisch ist es eine Macht geworden, und in vielen Bereichen zeigt es einen beeindruckenden Willen zur Modernisierung. Wenn es um die Armenierfrage geht, reagiert die offizielle Türkei aber auch fast hundert Jahre nach dem Völkermord noch so irrational und rückwärtsgewandt wie eh und je. Im Unterschied etwa zu Deutschland weigert sich die türkische Regierung bis heute, sich den Untaten ihrer Vorgänger-Regimes ernsthaft zu stellen. Das zeigen die jüngsten Reaktionen gegen das geplante Genozid-Mahnmal in Genf einmal mehr.

Les Suisses ont dû souvent déjà faire face à de telles oppositions, par exemple à cause de leur rôle durant la seconde guerre mondiale - même si ce n'était pas toujours plaisant. Un pays émergent comme la Turquie doit également assumer une telle opposition. Les relations entre la Suisse et la Turquie devraient sans doute supporter de telles différences. A présent, alors que la Turquie a officiellement protesté contre le projet de monument, les autorités suisses ne peuvent de toute façon plus reculer, sous peine de perdre la face.